Moreje

a_propos

Jérôme Gulon alias Morèje a inscrit la mosaïque dans le champ de l’art contemporain et a été le tout premier, dans les années 80, à introduire la mosaïque dans l’univers du Street-art.

Peintre et photographe de formation, Jérôme GULON a orienté ses recherches d’artiste plasticien autour de la "notion de mosaïque" dont il révèle les multiples enjeux dans un travail de déconstruction / reconstruction.

publications

  • Exposition Eugène Pottier à la mairie du 2éme

    Fresque/Mosaïque d'Eugène Pottier Première pièce musicale urbaine,

  • -->
  • Dédicace du livre sur Zlotykamien

    Galerie Nunc! 3 Rue d'Arras, 75005 Paris Samedi 28 novembre 2015 de 15h à 20h // Avec Gérard Zlotykamien et Jérôme Gulon

  • -->
  • Regards contemporain sur la Commune de Paris, 1871

    Exposition Orangerie du Sénat. du 23 juillet au 3 août 2014 Jardin du Luxembourg, Paris Vernissage mercredi 23 juillet de 17h à 20h.

    LES ARTISTES EXPOSANTS Mireille COLLANGE Jacques KERZANET Yvon DANIEL Ladislas KIJNO Eugénie DUBREUIL Jean-Noël MANTHE Jeanine ÉCHARD Félix MONSONIS Jacques FÈVE Ernest PIGNON – ERNEST Alain FRAPPIER Hervé ROCHE Gérard GOSSELIN Jean RUSTIN Jérôme GULON Enzo SANTINI François HILSUM Anne SLACIK Michèle KATZ Jacques VILLEGLÉ

  • -->
  • Marseille street art show

    Exposition Galerie Saint Laurent. du 15 Mai au 24 Août 2014 Halle des antiquaires, 130 chemin de la Madrague Ville 13015 Marseille

  • -->
  • Mardi 27 Mai 2014

    Vernissage exposition Galerie Ligne 13 à partir de 18h30. 13 rue de la Condamine 75017 Paris. M° La Fourche ou Place de Clichy Exposition du 27 Mai au 20 Juin 2014.

  • -->
  • Chronique d'un Art, graffiti

    Du 21 Mai au 21 Juin 2014 Vernissage 24 Mai 2014 à 18h30 Esplanade de l'Hôtel de Ville Epinay sur Seine

  • -->
  • Exposition Street art ou l'art dans la rue

    Du 6 Mars au 30 Avril 2014. Centre culturel François Villon Enghien les Bains.

  • -->
  • 14 Novembre 2013

    vernissage galerie Onega 17 rue des Grands Augustins, 75006 Paris

  • 11 Septembre 2013

    exposition/dédicace

  • 1 Aout 2013

mosaiques

  • 1986 | experimentales baroques

    Prise de distance par rapport à la mosaïque traditionnelle

    • Suppression du carton peint comme référent.
    • Utilisation de matériaux divers (métaux, bois, céramique, galets, coquillages, charbon, tessons de bouteille, photographies, dessins…)
    • Coloration des mortiers
    • Travail en volume
    • Mise au point de techniques permettant une légèreté et une finesse plastique sans porter atteinte à la solidité.
    • Echapper à "l’emprise" du mur, mosaïques amovibles, autonomes, déplaçables.
    • Prise de conscience des notions de rapidité, de gestualité, de répétition.
  • 1987-1992 | fontaines ruisselantes

    Ensemble de fontaines utilisant l’eau comme élément plastique à part entière.

    Jusqu’alors, afin de redonner aux marbres la vivacité de leurs couleurs, les mosaïstes utilisaient des vernis. Cette pratique à mon sens tend à établir une distance entre l’élément minéral brut et le "spectateur". Ce vernis fait écran et dénature le contact sensoriel, les aspects vivants de la pierre et réduit par la même la respiration de l’œuvre, son expression, ses significations.

    Il m’est apparu l’image de cette eau qui sourd des sentiers de montagnes en été et qui donne aux cailloux brûlés et blanchis de lumière leurs couleurs fraîches, vives et chatoyantes. J’ai donc pensé que le meilleurs vernis, le plus naturel et le plus répandu aussi était l’eau.

    L’idée m’est venue de la faire surgir de façon presque imperceptible de la mosaïque, de la faire ruisseler à sa surface, modifiant couleurs, brillance et valeurs, donnant mouvements, reflets, bruits légers et odeur de pierres mouillées.

    Les premières fontaines ruisselantes héritées de la période baroque sont constituées d’éléments mêlés forts diversifiés dont l’eau vient compléter la richesse. Les suivantes tendent de plus en plus au dépouillement et à la simplicité.

  • 1992-1993 | pierre polie

    Les fontaines exigeaient des contraintes lourdes avec lesquelles je voulais rompre. Il me fallait trouver des solutions me permettant de poursuivre cette recherche commencée avec l’eau comme révélateur de la mosaïque dans toutes ces richesses tonales et chromatiques.

    Il me semblait alors qu’il devait être possible malgré certaines difficultés techniques, d’affirmer la vivacité des couleurs des marbres et des pâtes de verre en les polissant.

    J’ai adapté les techniques utilisées par les marbriers dans le polissage industriel des grandes dalles de marbre à la mosaïque. Les problèmes d’arrachement, d’échauffement et d’usure ont dû être résolus.

    Série des pyramides tronquées, au sommet desquelles, à l’intérieur d’une petite niche est placé un objet. Cet objet récupéré et choisi pour sa force expressive établi un échange dialectique avec son environnement, son cadre, avec la mosaïque.

    Mon propre travail est mis en périphérie et doit rivaliser ou dialoguer avec le centre. Oscillation fragile entre signifiant et signifié, expression et décoration, œuvre et cadre, objet trouvé et objet conçu ; où l’un a fait ses preuves, l’autre non.

  • 1993 | monochromes

    Ne pas distraire le regard par la représentation d’un objet, d’une figure ou image extérieure à la mosaïque.

    L’objet du regard est la mosaïque.

    Axer les sens et l’attention sur le dessin, sur les formes, les lignes et les aspérités générées par les tesselles et leurs espacements.

    Limitation de la couleur : monochromie du matériau : marbre ou pâte de verre.

    Les premières mosaïques polies, font jouer la lumière sur une surface lisse légèrement bombée. Les suivantes dont la pose des tesselles est conservée à l’état brut, sont animées par les rythmes graphiques des espacements et des décrochements en forme de quasi bas-reliefs.

    Considérées comme objet elles s’offrent au toucher comme au regard.

  • 1994-1995 | ardoises

    Aller encore plus loin aux sources.

    Regard pointé sur l’élément générateur de la mosaïque. Singulariser son composant basique : le "caillou".

    Porter l’attention sur sa forme propre, sur la "figure" qu’il fait apparaître dans sa juxtaposition avec d’autres cailloux, sur les formes obtenues par les combinaisons lorsqu’il est associé à un nombre déterminé d’autres tesselles.

    Ce travail méthodique d’une extrême rigueur laisse entrevoir l’idée de genèse dans la mosaïque. Il établit des liaisons entre les mathématiques, le jeu, l’action de l’inconscient et du hasard, les choix esthétiques dans la conception de l’opus mosaïca. Il introduit une forme de plastique combinatoire.

    La série des ardoises va de 1 à 40.

    Les chiffres gravés en creux au dos de chaque ardoise permettent d’en abstraire ou extraire la forme par gaufrage sur papier.

    Passage subtil de la pierre au papier, de la matière à l’abstraction, de la forme à la figure.

    Infinité des formes possibles, mise en avant de la singularité, affirmation de l’objet unique. Métaphore de l’être unique dans la mosaïque humaine.

  • 1996 | chiffres en liberté

    Utilisation des chiffres comme éléments plastiques de base ; jeu formel et conceptuel des signes et des symboles.

    • Apparition des formes combinatoires dans des gravures, des tableaux, des sculptures, des photographies, des dessins…
    • Abstraction des formes de leur milieu minéral.
    • Parcours esthétique, symbolique et décoratif.
    • Réflexion sur les significations.
    • Retour à la réalisation de fontaines contenant ces nouveaux signes abstraits des ardoises.
    • Importance donnée à la dimension iconographique et poétique.
    • Expression rétinienne et intuitive.
    • Retour à la couleur et à la matière.
  • 1997 | des limites

    Série des ardoises de bois où est mis en valeur l’espace entre les tesselles.

    • Apparition du graphisme des vides dessinant la limite des cailloux.
    • Espace séparant un carreau, puis deux, puis trois,
      et ce jusqu’à 16.
    • Dessin des frontières.
    • Manifestation par l’absence, où le contour devient centre.
    • Travail de l’ombre et du creux.
    • Passage de la pierre à l’écriture où le sillon donne la ligne, où l’éloignement et la proximité génèrent le signe dans ces pleins et ces déliés.
  • à partir de 2002 | des domus

    « Les Domus » sont à l’origine des sortes de petites maquettes suggérant des villas romaines.

    Par extension elles sont devenues le lieu d’interrogation où se croisent l’archéologique, l’architecture, la ruine, le décor et ce que l’on nomme de façon elliptique « actualité ».

    Elles sont des territoires où la mosaïque dans sa diversité est mise en scène entre un passé parfois lointain et le présent d’une histoire en train de se faire ; mêlant des éléments et des matériaux des plus classiques comme la tesselle de marbres aux plus actuels tels que les cartes mémoires d’ordinateurs ou composants électroniques.

  • à partir de 2003 | musaïques

    Cette série de pièces a pris sa source à partir des liens tissés par les origines étymologiques des mots « musique » et « mosaïque ».

    Rythme, cadence, répétition, tempo, harmonie, contre point, chromatisme, valeurs, durée, silence constituent leur fil directeur. Cette série est à l’origine des « mosaïques suspendues », sortes de mosaïques autoportées dont les tesselles collées les une aux autres n’ont d’autre support qu’elles mêmes.

    Elles semblent flotter dans l’espace, suspendues parfois à un fil de nylon à peine perceptible.

    Un des indices récurrent de cette série apparaît sous la forme évoquée des lignes de la portée musicale usitée dans la notation classique occidentale. Des liens abordent cependant l’univers de la musique contemporaine et de ses nouveaux modes d’écriture.

  • à partir de 2003 | installations mosaïques interactives

    La mosaïque dans sa conception élargie est alors présente dans des installations, des performances ou dans d’autres dispositifs dont certains sont interactifs et font participer le spectateur.

    Des mediums tels que la photographie, la vidéo ou bien d’autres techniques peuvent être associées.

  • 2007 | série des excentraïques

    Cette série de mosaïques initiée à l’occasion d’une exposition à chartres, s’inspire des stalactites et stalactites que l’on nomme « excentriques » de part leurs multiples orientations dues aux déplacements d’air dans les galeries souterraines, venant ainsi contrarier la chute des gouttelettes déposant durant des milliers d’années le calcaire.

    « Excentraïque » est également une allusion à Picassiette dont la maison se trouve à Chartres.

    Cette série se présente sous forme de mosaïques suspendues.

    Les tesselles sont assemblées les unes aux autres dans un espace tridimensionnel comme je l’avais précédemment réalisé en 1993 avec les « Bausaïques » (sorte de petites sculptures faites uniquement de tesselles assemblées sans autre support qu’elles-mêmes et incluses dans les niches de certaines pièces.

    Les « excentraïques » vont également apparaître dans certains parcours ainsi que dans des mosaïques à support plan.

  • 2008 | sigillosaïques

    Dans la série des Sigillosaïques (du latin sigillum : sceau), la fabrication de sceaux en céramique permet de restituer, par empreintes sur faïence grès ou porcelaine, des formes gravées ou en bas-relief.

    Les innombrables combinaisons possibles entre les sceaux (tampons et sceaux cylindre) de même que la grande richesse d’effets de couleurs et de matières que permet l’émaillage des pièces, font de chaque Sigillosaïque, une œuvre singulière et unique. L’idée s’inspire des sceaux cylindres de la civilisation mésopotamienne utilisés il y a 5000 ans et des sceaux antiques qui coïncident avec la naissance de l’écriture.

    Les Sigillosaïques sont des plaques d’argile, sorte de territoires sur lesquelles figurent les empreintes dont les motifs sont tirés d’époques et de civilisations différentes. Certaines peuvent être lues comme une métaphore de la mondialisation. On y retrouve parfois des citations des figures aztèques, africaines, préhistoriques, égyptiennes, des écritures cunéiformes, des idéogrammes chinois, des signes ou logos anciens ou contemporains tels que l’empreinte de circuits de mémoire d’ordinateurs, mais aussi des opus extraits de la technique de la mosaïque, ou encore des figures tirées des recherches précédentes (période des Chiffres ou des Limites).

  • 2008 | typosaïques

    Les Typosaïques sont une variation des Sigillosaïques et associent mosaïque et typographie. Elles mettent en jeu la calligraphie, l’écriture, la fragmentation du texte, de la phrase des mots.

    La lettre, rendue tangible sous forme de caractère d’imprimerie devient l’unité modulaire comparable à la tesselle dans une mosaïque. Les caractères en plomb du typographe sont « imprimés » par empreinte dans de l’argile. Après une première cuisson l’émail est déposé dans le creux de la lettre afin de la faire apparaître : l’émail remplaçant en quelque sorte l’encre d’imprimerie. Les caractères en céramiques sont ensuite utilisés comme des tesselles à part entière.

  • 2011 | mosastencils

    Les Mosastencils sont conçus à partir de pochoirs dont les découpes sont inspirées des différents opus issus de la mosaïque des recherches précédentes ou de multiples autres figures.

    En dehors de l’usage de bombes aérosol, l’utilisation expérimentale de l’aérographe a permis de réaliser des mosastencils sur fresque ou sur céramique.

parcours

L’idée des « Parcours mosaïque » est en germe dans mon travail dès mes premiers contacts avec la mosaïque en 1986. Elle prendra réellement corps à partir de 1990.

Ces « Parcours mosaïques » posent la question de la mosaïque comme art monumental en liaison avec l’architecture, l’urbanisme, l’environnement physique, humain, socioculturel.

De petites mosaïques (10 x 15 cm environ) sont disséminées suivant un parcours et une problématique donnés. Que le spectateur les découvre au hasard d’une promenade, sur un mur, à un coin de rue, ou à même le sol, ou qu’il suive le parcours proposé, elles agissent comme révélateur des éléments environnants. Elles deviennent le fil conducteur qui conduira le regard à la rêverie, à la réflexion, à la poésie.

Le travail fait sur ces parcours tente de sortir la mosaïque des lieux d’exposition convenus et est un questionnement même du lieu dans lequel elle apparaît.

Cette « période »est ouverte et évolutive. Elle se poursuit actuellement et a vu parallèlement et simultanément se développer ce que j’appellerais « série » plutôt que période.

  • 2015 |Charlie

  • 2011 |La Commune de Paris 1871

  • 2005-2006 |K32

  • 2005-2006 |Château de la Farinière

  • 2000-2003 |Les Mairies

    Une mairie n’est pas un lieu anodin. Ouvert et fermé, c’est à la fois un bâtiment, une architecture et un symbole.

    Elle est au cœur de la cité où les citoyens et leurs élus sont au plus proches, où la politique se fait tangible, vivante où elle est mise au travail.

    La politique municipale est la politique du quotidien. Les bâtiments municipaux souvent imposants n’en sont pas moins par essence ouverts et sont en quelque sorte la maison de tous et de chacun.

    C’est cette ouverture, cette « brèche démocratique », qui m’incita à faire sortir l’œuvre du cadre, de l’écrin doré, des lambris rococo de la salle d’exposition. L’idée me vint alors du « Parcours des mairies » : poser sur chacune des vingt mairies d’arrondissements une mosaïque de petit format, réaliser une prise de vue à la chambre photographique

    Je choisis de représenter sur chacune des mosaïques une variation des lettres R.F. Ce jeu formel s’il pouvait faire allusion au R.F de République Française, renvoyait le spectateur au titre de la série des vingt photographies exposées dans la salle des fêtes et intitulé : Rêve de Fou.

    Le titre outre sa dimension poétique révélait un espace paradoxal situé entre l’illicite et l’officiel, l’autorisé et l’interdit, la collectivité et la personne la plus profonde, l’unité et le nombre, le dedans et le dehors.

  • 2000-2005 |Canal Saint Martin

  • 2000 |Saint Ouen

  • 2000 |Gare de Lyon- Lyon Part Dieu

  • 2000 |Mosaïque collective de Cefalu

  • 1995-1999 |Les frigos

  • 1995-2013 |La petite ceinture

  • 1993 |Passage des soupirs

  • 1991 |Saint Jean de Montmartre

  • 1988-2013 |Belleville

  • 1988 |Hôtel de Sens

  • 1988 |70 ans de Mandela

  • 1987 |Le chat de la maternelle

expositions

ANNÉE 1988 :

  • Janvier : Exposition à la commanderie des Templiers centre culturel des Yvelines St-Quentin.
  • Février : Exposition à l'UNESCO (salons d'honneur).
  • Mars : Exposition dans le grand hall de l'Ecole Polytechnique Palaiseau.
  • Avril : Exposition à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris.
  • Mai : Exposition au Grand Palais à Paris (Salon des artistes français).
  • Juin : Exposition Galerie des Beaux Arts (St Germain des Galeries).
  • Juillet : Chantier : ensemble de mosaïques pour le hall de la résidence "Les Dauphins" 107 rue de Reuilly Paris XII. Commande de la résidence.
  • Août : Exposition à Fréjus.
  • Septembre : Exposition et commande pour les 70 ans de Nelson Mandela.
  • Octobre : Exposition d'une fontaine à l'Hôtel de Ville de Montluçon.

ANNÉE 1989 :

  • Invité à participer au Salon de la Jeune Peinture par sa présidente (Grand Palais) Paris.
  • Foncière St Maur, rue Pierre Demours ; commande peinture - 75017 Paris.
  • Photographies pour la revue littéraire "Faites entrer l'infini" à Louis Aragon et Elsa Triolet.
  • Concours de fontaines publiques d'eau potable organisé par le Ministère de la Santé et de la Région Bretagne-Loire Atlantique (Lauréat).
  • Exposition Nantes, Angers, Le Mans.
  • Exposition 98, rue des Ternes 75017 Paris.
  • Exposition au Grand Rex PARIS IX.
  • Exposition Galerie de Nesles 75006 PARIS.

ANNÉE 1990 :

  • Exposition au Château de la Madeleine Présigny l'Orgueilleuse à Vernon.
  • Exposition à Toulon (Galerie).
  • Exposition au Salon de la Jeune Peinture, Grand Palais de Paris.
  • Commandes de 3 toiles pour "Roméo International, PARIS".

ANNÉE 1991 :

  • Performance organisée par l'agence de Communication CDK conseil avec la participation de Bili BIDJOCKA (plasticien) dans le cadre du Salon "Batimat". Réalisation d'un livre (1m10 x 90 cm) en marqueterie (utilisation de plaquage d'essences fines et de stratifiés) pour ISOROY Société.
  • Salon des Artistes Français (invité).
  • Restauration de vasques de collection des années 50 et de M. Philippe SAMUEL, collectionneur d'art.

ANNÉE 1992 :

ANNÉE 1993 :

  • Réalisation des Monochromes
  • 9 au 24 octobre : Salon National d'Art de Rambouillet
  • 10 au 19 décembre : Exposition Galerie Duhesme. Présentation Francis Parent.

ANNÉE 1994 :

ANNÉE 1995 :

  • 25 novembre au 9 décembre : Exposition Palais des Etudes à l' Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts.
  • 29 septembre au 1er octobre : Exposition au quai de la Gare - aux "Frigos" - Paris 13ème arrondissement.
  • 11 au 23 mai : Exposition Galerie Bernanos.

ANNÉE 1996 :

  • Juin : St Quentin en Yveline - Exposition Photo
  • 9 au 24 octobre : Exposition hors cadre Mairie du VIIIe, présentée par M. Parino.

ANNÉES 1997 - 1998 :

  • Exposition Galerie municipale - Mandres les Roses (Mandres-arts)
  • Mois de la photographie - Galerie de Nesles - Paris 6ème.
  • Exposition Musée de la Céramique - Paray-le-Monial
  • Exposition " aime comme mosaïque "

ANNÉE 1999 :

  • Janvier: Mosaïque " la Secession "
  • Exposition bibliothèque Forney - Hôtel de Sens. Paris 4ème.
  • Parcours " des Beaux-Arts au Pont Neuf "
  • Mai - juin : Installation " Les parcours "
  • Conférence "la mosaïque et ses concepts" 17 avril 1999, galerie de Nesle
  • Parcours des jardins de Bercy
  • Novembre: "Apparitions" photographiques de Paris

ANNÉE 2000 :

  • Février : Exposition Mairie du 19ème à l’initiative du Syndicat National des Artistes Plasticiens, Parcours des Mairies première version.
  • Avril : Exposition à Lyon : Salon des expositions, Parcours: " les gares ".
  • Mai : Exposition mosaïque à l'Hôtel du département Strasbourg.
  • 28 juin : Membre du jury : Diplôme des Métiers d’Art de l'Ecole Nationale d'Arts Appliqués Olivier de Serres.
  • Aout: Parcours " des ponts de Paris "
  • Novembre : Exposition mosaïque à Saint-Ouen.
  • Mosaïque " La Chanson du cap St vincent ", suivie du Parcours de Saint-Ouen.
  • Film sur le parcours par Gabriel Buti

ANNÉE 2004 :

  • Février: Parcours du Châtelet
  • Avril: Mosaïque des poissons dite " la Romaine", (cinésaïque)
  • Mai: Parcours de " Belleville "
  • Juillet: Restauration d'une mosaïque de 1910, rue Beethoven Paris 16ème
  • Aout: Parcours " du canal Saint Martin "

ANNÉE 2002 :

  • Avril: Parcours " d' Art Cueille ", dans le cadre de la préparation à l'Agrégation interne d'arts plastiques.
  • Reçu à l’Agrégation Interne d’arts plastiques
  • Juillet à novembre: Exposition au Musée de la mosaïque et des émaux de Briare, parcours MO2Bris-Art, création des "Domus"

ANNÉE 2003 :

  • Janvier: Exposition “Parcours choisis” à la Mairie du 6ème arrondissement de Paris
  • “Parcours des écoles” avec les élèves de l’Ecole à Aires Ouvertes Saint Merri 75004
  • “Parcours “Michel –Ange” avec les professeurs stagiaires en Arts plastiques de L’IUFM
  • Articles pour Paris-Art.com pour les galeries Gilles Peyroulet et Nathalie Pariente
  • Juin, Exposition Mairie du V ème Paris, invité d’honneur,
  • Article paru dans "Art et décoration numéro spécial, n°400, mai - juin 2003".
  • DEA d’arts plastiques, Paris I Panthéon Sorbonne, mention TB.
  • Création de la portée mosaïcale opus 2.
  • Décembre : Semaine colloque : "du politique dans l’art » organisée par l’Université de Paris et le Centre de Recherche en Arts Plastiques (unité Art Praxis et Altérité, Amphi Richelieu de la Sorbonne. Parcours des Mairies « version disloque".
  • Exposition des "Domus" avec Tathi Thuhuong et Yveline Tainmont

ANNÉE 2004 :

  • Responsable de l'atelier : technique de la mosaïque au Conservatoire Arts Appliqués des Ocres de Roussillon
  • Projet chantier mosaïque pour la Nuit Blanche 2004 organisée par la Mairie de Paris.
  • Novembre : Exposition MAC 2000, Espace Champerret 75016 Paris.

ANNÉE 2005 :

  • Biennale de Châtillon avec Franz Krajcberg
  • Exposition à Cérilly, réalisation de Ceriliacus, archéosaïque

ANNÉE 2007 :

  • Mai : Soutenance de Thèse de Doctorat : Mosaïque entre la pierre et le concept , Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • Juin : Exposition à Paray Le Monial, Parcours K32, avec le Musée de la Céramique.
  • Novembre : Conférence au Conservatoire des Ocres Appliqués avec le CNRS.

ANNÉE 2008

  • Mars : Exposition à Chatres, chapelle Saint-Eman.
  • Parution aux Editions de la Luminade : Mosaïque entre la pierre et le concept
  • Chantier de restauration de la mosaïque du Nymphée de Viry Châtillon (18ème siècle)
  • Septembre : Exposition 68/2008 des artistes dans la ville, avec Ernest Pignon-Ernest, Peter Klasen, Villeglé, Miss-Tic, Psyckose, Nemo…

ANNÉE 2009 :

  • Juillet : Mosaïque des beaux Cartiers ; intervention sauvage aux limites de l’exposition "Né dans la rue , graffiti" à la Fondation Cartier.
  • Octobre : Festival Internazionale del Mosaico contemporaneo
  • 17 septembre : Action urbaine devant la Bourse de Paris : Corbeille Rouge ; un fragile monument à la mémoire des victimes de la spéculation et de la cupidité.
  • Décembre : Exposition Galerie Ligne 13, Paris 17ème. Art Urbain, avec Jef Aérosol, Jérôme Mesnager, FKDL, Ana et JS, Mimi the Clown, Titi from Paris, Mosko et David Gouny..
  • Parution dans la revue éCritique, pratiques d’artistes.

ANNÉE 2010 :

  • Galerie contemporaine de la Ville d’Orly
  • Commande murale pour UNZA cabinet d’architecture et la British Petroleum Company.
{{#plans}}
{{#content}}
{{/content}}
{{/plans}}